En réponse à l’émission sur France Inter « les loups gris, meute sous influence »

Agissant en tant que Président de Cojep International, c’est avec stupéfaction et une certaine amertume que j’ai suivi le programme cité en titre. Il est désolant d’observer qu’un organe de presse, réputé sérieux et professionnel, tel que France Inter se soit joint à la campagne de dénigrement ciblant ma personne et l’ONG que je représente en donnant libre cours, sans vérification au préalable, à des allégations diffamatoires et mensongères. Ces accusations sans réels fondements, sont purement basées sur des dires auxquels j’ai répondu maintes fois dans le passé. Elles démontrent malheureusement qu’elles sont portées en créant une confusion totale dans les esprits faisant un mélange de tous les genres, pourvus qu’il soit rapporté à nos origines réels ou supposés. Ainsi mon nom et l’ONG que je représente sont cités en lien avec des personnes, mouvements ou actes prétendument condamnables moralement. Il est navrant de constater que nos réponses aux rares journalistes, se donnant la peine de nous questionner, soient qualifiées de « bateau » dès lors qu’elles ne donnent pas éléments à polémique et à la passion. Aussi, il est affligeant de remettre en doute les relations auxquelles nous avons mis fin avec des personnes ne partageant pas ou plus les valeurs que nous avons au Cojep. Ces valeurs universelles, telles que le partage et la bienveillance ont toujours été et resteront au cœur de nos activités. Si ce travail journalistique avait été fait avec honnêteté et objectivité, il aurait dû être dit que les accusations telles que « incitation à la haine » se basant sur une plainte déposée le 31 janvier 2017 à mon encontre a été classée sans suite par le tribunal compétant. Il est regrettable de voir à quel point les tensions actuelles entre la Turquie et la France ont mis à l’index les franco-turcs ou supposés comme tels, résultant ainsi à des débats/insinuations dépourvus de sérieux allant jusqu’aux limites du complotisme, chose que le journalisme devrait combattre. Nous sommes présents dans la vie associative depuis bientôt 35 années. Nous avons travaillé pour servir les valeurs de la France. Il est inacceptable en termes de journalisme et d’éthique professionnelle que nos efforts soient érodés par des accusations irréalistes. Nous invitons les médias à la bienveillance et contribution à l’unité multiculturelle de la France.