L’acquittement définitif d’Ali Gedikoglu prononcé par le tribunal

Alors que les médias français avaient largement relayé la plainte contre Ali Gedikoglu, ils n’ont pas pris la même peine pour annoncer cette fois-ci son acquittement.

En effet, le Tribunal de grande Instance de Paris avait ouvert une information judiciaire en 2017 à la suite d’une plainte déposée contre Ali Gedikoglu. Dans une vidéo Youtube postée en 2016, Ali Gedikoglu expliquait la nécessité pour la France et la Turquie de garder de bonnes relations et ainsi de ne pas écouter ceux qui nuisent à celles-ci.

Se sentant visées par ses propos, plusieurs personnes ont porté l’affaire devant la justice accusant Ali Gedikoglu d’inciter à la haine.

Pourtant, le tribunal a prononcé un non-lieu le 21 mai 2019 avec le motif suivant « En conséquence, le prévenu ne pouvant savoir avec clarté quels propos lui sont reprochés ».

En clair, même le Tribunal ne comprenait pas l’objet de la plainte et n’a pas pris au sérieux cette attaque établie par les plaignants qui ont donc déformé volontairement la version turque pour inventer un délit.

Dans un entretien accordé à MedyaTurk Info, Ali Gedikoglu se dit soulagé et espère continuer à user de sa liberté d’expression.

ali gedikoglu

La complicité des médias

“La France est pointée du doigt ces dernières années avec l’action des gilets jaunes et la violence policière subie lors de ces manifestations. Comme si cela ne suffisait pas, cette fois nous perdons crédibilité auprès de l’opinion publique à cause de la stigmatisation de la communauté turque dans les médias” regrette Ali Gedikoglu.

A lire aussi : les articles sur COJEP INTERNATIONAL

Pour le président de COJEP International, il ne fait aucun doute que “tous ces processus font malheureusement constamment naître de nouvelles victimes”.

L’une des victimes de ces publications discriminatoires est sans doute l’ONG COJEP et sont président Ali Gedikoglu.

En effet, son jugement pour incitation à la haine a été largement relayé par la presse locale et nationale. Cependant, aucun média n’a rétabli la vérité en écrivant son acquittement.

Medyaturk Info a souhaité publier cet acquittement dès qu’il a eu connaissance en tant que média objectif et respectant la déontologie.

Comme vous pouvez le constater, le Tribunal a ainsi estimé que le président de COJEP n’avait commis aucun délit et que la plainte ne reposait sur aucun fait précis.

Le droit de réponse bafoué

Il faut dire que le COJEP et son président ont eu des centaines d’articles à charge sans que les intéressés soient écoutés. Malgré des demandes de droit de réponse, aucun média n’a pris l’initiative de le faire.

D’ailleurs, le journal local alsacien les DNA a accusé plusieurs fois le COJEP et Gedikoglu. Afin de répondre à toutes ces diffamations, le président a rédigé un courrier dans lequel il répondait aux accusations. Mais une fois de plus, la rédaction des DNA a refusé de le publier en respect du droit de réponse. Pourtant, l’ironie du sort, les DNA a continué d’ajouter de nouvelles accusations sans fondement trahissant ainsi les principes de la presse.

Info Medyaturk